Jean-Luc Garnier, installé à l’île de la Réunion, a une expérience déjà longue de sculpteur, puisque c’est à l’âge de 15 ans qu’il a commencé à s’exercer à l’art de manier le ciseau.

 

Ce n’est toutefois qu’à partir des années 2000 qu’il s’y est pleinement adonné au terme d’une carrière professionnelle de graphiste créateur et après avoir  exercé des fonctions diverses dans le monde de la publicité. Il s’est alors lancé dans la sculpture sur bois en profitant des possibilités variées qu’offrent par leur texture et leur grain les essences présentes sur l’île.

 

Artiste inventif, il fait le choix de la matière à travailler et de la technique à mettre en œuvre en fonction du sujet choisi. Artiste généreux, il ne refuse pas aux amis qui le sollicitent de réaliser les œuvres dont ils lui proposent le thème.

 

Il excelle dans le bestiaire, dans la représentation des oiseaux notamment, ce qui ne l’empêche pas de traiter parfois le sujet avec humour, comme c’est le cas pour ses poules. Mais sa prédilection va à la personne humaine, en cherchant à traduire les émotions et les états d’âme de ses sujets, à capter, sur les visages et dans les attitudes, les certitudes et les fragilités de la créature.

 

Son inspiration dépasse éventuellement le figuratif pur pour prendre une dimension symboliste. C’est le cas, par exemple, pour ce magnifique ange aux ailes repliées qui paraît accroupi sur les flots et comme penché sur la condition humaine.

 

MaDéco-magazine.fr